https://portailnordique.uqam.ca/

http://www.uqam.ca/|logo_uqam_couleur-blanc.svg|UQAM, Université du Québec à Montréal|38



Université du Québec à Montréal|uqam|http://www.uqam.ca/

Portail sur la recherche nordique et arctique de l'UQAM


Recherche


nordique.uqam@gmail.com



Archives des nouvelles

Compte-rendu de la Journée nordique du 19 février 2019 à l’UQAM

Le mardi 19 février 2019 avait lieu la Table ronde de la recherche en arts et sciences sur le Nord et l’Arctique. Organisée conjointement par la Chaire sur l’imaginaire du Nord, de l’hiver et de l’Arctique et le Portail sur la recherche nordique et arctique de l’UQAM, cette journée interdisciplinaire a réuni une vingtaine de conférenciers et conférencières ayant des projets portant, entre autres, sur le climat, la littérature, l’art et le design. Une centaine de personnes sont venues assister à cet événement. En plus des étudiant.e.s et professeur.e.s de l’UQAM, un groupe d’étudiant.e.s du Cégep Vanier dans le cadre d’un cours sur les littératures nordiques, est venu s’initier à la recherche en milieu universitaire.  

Pour débuter la journée, Alexis Metzger, enseignant-chercheur à l’École Normale Supérieure de Paris, a présenté ses travaux alliant arts et sciences. Il a relevé les indices climatiques dans la peinture hollandaise hivernale du XVIIe siècle : l’état du ciel, l’usage des canaux gelés, la faible présence de neige, etc. Les co-organisateurs de cette journée nordique, les professeur.e.s Anne de Vernal et Daniel Chartier ont présenté leurs projets respectifs. Anne de Vernal s’intéresse à la glace de mer arctique qui subit actuellement d’importants changements. À partir d’indicateurs microfossiles, elle pose un regard sur les variations de la glace afin de mieux comprendre son rôle dans la circulation océanique globale passée, actuelle et future. Daniel Chartier travaille pour sa part à la traduction d’œuvres littéraires inuites. Il souhaite créer des réseaux de diffusion circumpolaire en traduisant des œuvres groenlandaises en inuktituk (canadien) et vice-versa, cherchant à repenser les réseaux traditionnels nord-sud où les œuvres sont d’abord traduites en anglais ou en français. Le directeur général du Cégep de Sept-Îles, Donald Bhérer et l’enseignant, Pierre Rouxel, ont présenté l’importance de l’espace nord-côtier dans la culture québécoise par la valorisation de la littérature innue et de la côte nord.    

Au cours de la journée, plusieurs étudiant.e.s à la maîtrise et au doctorat ont présenté leur projet de recherche et leurs travaux sur le terrain, présentant des recherches participatives, répondant à des questions écologiques, ou faisant la valorisation du patrimoine culturel du Nord.  

Le point fort de cette journée a été la présentation du film Angry Inuk d’Alethea Arnaquq-Baril en présence d’Aaju Peter, une des principales protagonistes du film. Aaju Peter est groenlandaise et habite maintenant à Iqaluit au Nunavut. Elle est avocate, militante et designer, elle milite pour le respect des langues, des cultures et des pratiques inuites. Le film Angry Inuk traite des enjeux de la chasse aux phoques et invite à réfléchir à l’importance culturelle et économique de cette pratique ainsi qu’au poids des médias dans la mise en pratique de politiques internationales. S’en est suivie une période de discussion très enrichissante.    

La journée de conférences a permis de souligner le 3e anniversaire du Portail sur la recherche nordique et arctique de l’UQAM. Le public a été invité à se prononcer sur le concours d’expression artistique et de photographie. Deux œuvres et onze photographies ont été soumises au concours cette année. Les récipiendaires sont Raphaël Biscotti (étudiant à la maîtrise en arts visuels et médiatiques), pour la réalisation d’une toile inspirée par le mont Ylläs en Laponie finlandaise, et David Allard Martin (étudiant à la maîtrise en design de l’environnement), pour une photo prise à Sisimut au Groenland. Marie Larocque, directrice de l’Institut des sciences de l’environnement a présidé la remise des prix.

La table ronde a été possible réalisée avec le soutien de Patrimoine canadien, d’ArcTrain Canada, du Centre de recherche sur la dynamique du système Terre (Geotop), du Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises, de la Chaire de recherche sur l’imaginaire du Nord, de l’hiver et de l’Arctique, de la Faculté des sciences, du Département des sciences de la Terre et de l’atmosphère et de l’Institut des sciences de l’environnement de l’UQAM.

 

P2190906P2190911P2190911P2190911P2190911P2190911P2190923P2190923

 

Retour en haut de page